Art & International

Interview de Fernando Leal Audirac

Interviewé par Lucia Muñoz-Maldonado – Mexique

Fernando Leal Audirac, est un artiste de renommée internationale, peintre, sculpteur, designer, essayiste…

Vous avez été dés vos premières expositions, un créateur et un intellectuel échappant à des cotes faciles. Au cours des dernières années, Umberto Eco, a présenté un échantillon de son oeuvre à
Milan et Jorge Juanes. Dans l’interview que nous avons fait, il lui indique qu’il est son seul interlocuteur dans le domaine de l’art.
Comment définissez-vous aujourd’hui la pluralité intrigante de votre
proposition artistique? Comment peut-on réaliser un travail aussi polyvalent, allant du figuratif à l’abstrait, de l’ancienne alchimie de la peinture aux technologies les plus avancées.

FLA: c’est vrai. Pour un spectateur conventionnel, la pluralité des solutions plastiques peut être déroutant. S’il vous plaît noter que dans mon travail, j’utilise des techniques classiques de peinture comme la fresque, Encausto, tempera et huile; Il est possible d’ajouter la sculpture en bronze et aussi avec des techniques de modélisation robotique multimédial. Complexité visant à stimuler l’imagination créatrice du public basée sur l’énorme fond culturel de l’Occident qui le confronte au flux puissant de l’Orient. Un véritable creuset qui se reflète dans mon souci d’aborder les problèmes philosophiques et artistiques cristalizandolos dans les peaux du regard, où chaque idée correspond à une voix, une technique artistique spécifique…

Ayant quitté le Mexique, il y a plus de vingt ans, avec la reconnaissance maximale que jusqu’à ce moment avait été conféré à un jeune artiste, une grande exposition dans le Palais des beaux-arts et ayant représenté notre pays dans le centenaire de la Biennale de Venise, comment percevez- vous votre trajectoire en Europe?.

FLA: depuis toujours, ma peinture a maintenu une relation vitale avec la temporalité comprise comme contre-écoulement et Tempest, la turbulence du monde dans l’unité de l’océan… En tant qu’enfant, j’avais voyagé avec ma famille en Extrême-Orient, alors quand je me suis installé en Europe, d’abord à Londres et, après d’innombrables errance à Milan, est venu comme un peintre formé à la recherche errante des profondeurs cachées et de la mer éloignée Picturale… J’ai donc rencontré de nombreuses personnalités du monde de la culture: Henri Cartier-Bresson, Pierre Restany, Tápies, Umberto Eco et bien d’autres… La demande de Fáustica pour le savoir universel m’a conduit-dans mon perfectionnisme obsessionnel-de voyager partout dans le monde, au-delà des limites européennes, pour trouver les matériaux précieux qui me permettent de naviguer à nouveau à travers les eaux de Piero della Francesca ou Hokusai à la chasse pour l’éternité ou son paradoxe, l’instant…

Il n’est pas facile la Mission des Argonautes avant la séduction des courants superficiels qui nous éloignant de l’;abîme, à laquelle il n’est qu’à travers la rigueur cognitive profonde et dans le cas des arts visuels des gadgets les plus raffinés… La récurrence actuelle pour faire un «art» étranger à la technique est inacceptable. Et c’est pour un musicien ou un danseur, et sans parler dans le cas d’Ars pictoriques dont l’énorme complexité exige la plus grande rigueur, que ce soit dans sa conceptualité ou dans son métier. Le regard est le degré zéro, et en complicité avec la main met en jeu l’expédition de l’invisible, l’accueille, le laisse être et, en elle, invoque l’émissaire, le spectateur.
Cela dit, à travers d’innombrables expositions à travers le monde, j’ai essayé de dénier une grande tapisserie: ma vision de l’intramundane, c’est-à-dire la présence simultanée de la présence et du silence.

Nous avons su que, après son grand portrait de la fresque de Jean-Paul II, une fresque de 10 mètres de long, exécutée de façon unique sur la base d’études naturelles, a récemment mérité d’autres distinctions dans le pays qu’il a adopté, l’Italie. Que pouvez-vous nous dire au sujet de votre rencontre avec le pape et des nouvelles distinctions auxquelles il a été soumis?.

FLA: toujours inquiet de la relation entre l'art et les centres d'irradiation religieuse ou politique, mon portrait de Jean-Paul II évite toute nuance de propagande religieuse, inscrite dans ma recherche constante de sources métaphysiques et en même temps Puissance terrestre. Ce qui m’a le plus impressionné au sujet du Pontife, c’est la puissance spirituelle et la détermination intérieure de son regard. Un de ses compagnons des premières années de sa carrière ecclésiastique a appelé à me dire qu’il avait reconnu le regard de l’ami avec qui il avait partagé des décennies…

Ces derniers jours, la Sapienza, l’Université de Rome, m’a décerné le prix Lucio Fontana en reconnaissance de ma carrière et le professeur Rossi, doyen du département de l’histoire de l’art à la même université, m’a inclus – consacrer tout un chapitre à mon travail- Dans le livre qui sera utilisé comme texte de base dans la course et qui va de Leonardo da Vinci à nos jours, étant le dernier chapitre-qui ferme le volume-celui qui a été dédié à moi.

Nous savons que vous avez également collaboré avec l’industrie du design au niveau super-luxe, que pouvez-vous nous dire sur ce secteur, si apparemment éloigné de votre recherche en plastique?

FLA: vrai, la distance est juste apparente, la même chose se produit quand on dit que j’ai fait des œuvres abstraites. La réalité est que tout est interconnecté et j’essaie de m’;immerger dans la caverne du regard intérieur, donc mes œuvres informelles, ainsi que mes sculptures mathématiques, ne sont rien d’autre que le portrait des paysages moléculaires que nous pouvons voir quand nous ouvrons, aux yeux Fermé, dans la grotte de nous-mêmes, interrogeant chaque artère sur l’origine, l’immanent et le divin.

En ce qui concerne ma collaboration avec la Tramontana, une entreprise qui fabrique des voitures personnalisées, héritant de l’héritage de l’espagnol-Suisse dans la fabrication de véhicules de qualité exceptionnelle, la fidèle Tramontana-Audirac, l’une des voitures les plus chères au monde est enrichie Avec mon Magistère artistique et, après la transformation que j’ai faite du modèle en sculpture, en modifiant la structure mathématique de la carrosserie, il est devenu un véritable mythe de ce que nous pourrions appeler le design antifonctionnel; Raison pour laquelle le Président de la société italienne des designers m’a invité à donner quelques conférences à l’école polytechnique de Milan. J’ai également collaboré avec Ocean Independence et d’autres entreprises dans le secteur du super-luxe en concevant des sculptures mathématiques de la production robotique qui changent de couleur en fonction du mouvement de la lumière et de l’observateur. En aucun cas, je ne considère ces éléments de caractère technologique comme un conflit avec ma production plus classique.

Enseignant, quels sont les nouveaux projets que vous développez et quels sont vos plans à faire
au Mexique à court terme?

FLA: Oui, regardez-vous, en plus de mon projet multimédia du chat invisible, série qui traverse les possibilités les plus inhabituelles, du marbre aux dessins animés, en commençant par une réflexion huile-Goyesca sur l’histoire de l’art et sur la relation des conflits De l’homme, je prépare une grande fresque sur la démocratie et l’Atlantide qui synthétise monumentale ma vision de l’ambiguïté de l’héroïque et du quotidien, la monumentalité de l’intime, comme il y a des années un livre d’essais.

Je conçois depuis longtemps un grand projet pour le Mexique qui est une véritable synthèse de tout mon travail, quelque chose de grand à fresque, de bronze, de verre et de nouvelles technologies. J’espère que vous trouverez bientôt l’accueil et le soutien nécessaire. Un travail qui est un appel à récupérer la force vitale qui caractérise le grand art de notre pays, dans ces moments de violence rampante…

J’ai beaucoup apprécié l’occasion de l’avoir interviewé dans son atelier à Milan, d’où cet artiste exceptionnel du Mexique est inclus dans le grand tronc de l’art universel.

 

About Author

Media pédagogique et d'informations sur l'ART: le marché de l'Art, découverte d'artistes, authentification d'oeuvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *